En Suisse, les animaux pourraient être défendus par des avocats

Publié le par DIJON

Le vote d'aujourd'hui, aussi étrange puisse-t-il paraître, n'est pas si étonnant en Suisse, où la loi sur la protection des animaux, renforcée en 2008, est la plus stricte au monde. Et d'ailleurs un premier avocat pour animaux exerce déjà à Zurich.

Certes, l'issue du vote est très incertaine car les oppositions sont fortes parmi les francophones, les agriculteurs, et les officiels, Conseil fédéral et Parlement en tête - et seules quelques personnalités la soutiennent, dont le « citoyen suisse » Alain Delon.

Mais elle correspond à un état d'esprit très helvète. Le premier vote sur les droits de l'animal remonte à 1893. Et il y a 20 ans déjà, les anecdotes attestant des priorités des douaniers suisses en la matière n'étaient pas rares.

Un Français qui avait, pour passer la douane, caché son chien dans son coffre car il n'avait pas de carnet de santé pour l'animal, eut la surprise de se voir sermonner par un douanier. « Ici, vous êtes en Suisse, et en Suisse nous respectons les animaux ! » Après avoir fait asseoir le chien sur la banquette arrière, il l'avait laissé passer sans vérifier ses papiers.

Alors, pourquoi ce nouveau référendum ? En Suisse, une initiative populaire est soumise au vote dès qu'elle a rassemblé 100 000 signatures, or les mouvements de défense des animaux sont nombreux et très soutenus.

Et certaines voix suggèrent que bon nombre d'avocats les y auraient encouragés. Avec 3 millions d'animaux de compagnie dans le pays, ce nouveau marché pourrait s'annoncer juteux pour la profession.

Annick Stevenson

 

Un référendum aujourd’hui

Les Suisses se prononcent aujourd’hui, par référendum, sur la mise en place dans chacun des 26 cantons helvétiques d’avocats chargés de défendre devant les tribunaux la cause des animaux victimes de mauvais traitements. Les organisations de défense de l’environnement ainsi que les partis socialiste et les Verts applaudissent l’initiative, mais le gouvernement, la majorité parlementaire et l’UDC (populiste de droite), le premier parti du pays, et les paysans y sont farouchement opposés. Le vote populaire s’annonce donc serré...

Source : http://www.leprogres.fr/fr/france-monde/article/2805800,192/En-Suisse-les-animaux-pourraient-etre-defendus-par-des-avocats.html

Commenter cet article