Loi contre les usines à chiots QUEBEC

Publié le par DIJON

Loi contre les usines à chiots

Le Ministère de l’Agriculture du Québec est en train de voir à une loi pour mettre fin aux usines à chiots, un projet de loi sur la sécurité des animaux de compagnie.  Il y a peu de loi qui légifère les élevages d’animaux au Québec.  Tout le monde peut se lancer dans l’élevage d’animaux domestiques.  On peu trouver des élevages dans un hangar, un garage ou encore dans une remise extérieure.  Ainsi des millions de chiots naissent dans des piètres conditions, ils se trouvent dans un endroit surpeuplé et peu salubre. Il y peut de chien sorte de l’endroit en santé, plusieurs d’entre eux vont finir dans des magasins d’animaux avec des maladies.  Cette situation engendre souvent des coûts supplémentaires pour le nouveau propriétaire. 

 

 

Comparativement, en Ontario, il y a des règles qui cadrent la pratique d’élevage.  Ainsi, beaucoup d’éleveurs auraient migré leur entreprise au Québec afin de profiter du fait qu’il n’y avait pas de règles strictes.  La façon dont fonctionnent les Ontariens est que chaque famille doit avoir un nombre limité de chiens.  Si une personne désire faire un élevage, elle doit se procurer un permis spécial. 

Saisie de 527 chiens

 

C’est suite a cette saisi qui eu lieu en septembre qu’il y eu un soulèvement en faveur de lois pour lutter contre les usines à chiots.  Il y eu une saisie de 527 chiens en Outaouais chez Paws R Us.  La MAPAQne sait pas encore ce qu’il va faire de tous ces animaux.  Dans cet élevage on compte plusieurs races chiens très rares, on y compte des chiens de la Russie, et l’Europe de l’Est.  Sur le côté légal, il pourrait avoir des accusations portées contre la compagnie Paws R Us.  De plus, ils ont eu plusieurs amendes dans le passé pour ce type d’activité.  Cette saisie est l’une des plus importantes encore jamais faite au Canada.

 

La vente de chiens est un marché lucratif

Ces usines vendent ces chiens à un très gros prix.  Les gens ont également une mauvaise perception, car certains qui vont acheté leur chien dans ces endroits se félicitent de leur action.  Toutefois, ils mettent de l’eau au moulin et encouragent le système.  Lorsque l’achat est fait dans une animalerie, un marché aux puces ou sur internet sans le savoir cet achat pourrait être lié à ce type de réseau.  En tant que consommateur, il faut savoir d’où provient votre animal et ne pas se laisser avoir par des stratèges afin de vous charmer.

Il faut encourager des éleveurs locaux ou des organismes d’adoption qui prennent soit des animaux.  Voici un bel exemple de réseau d’adoption de chien, chiots nordiques.  Leur mission d’amélioré la condition de vie deus meutes de chiens errants qui vivent au nord du Québec.

 

ARTICLE PUBLIÉ PAR Noemie Ladouceur

Commenter cet article